Inscrivez vous

Conseils

Les conseils de nos vétérinaires pour parer aux petits tracas de la vie quotidienne et garder votre chat en bonne santé.

 L’hyperthyroïdie chez le chat

L'hyperthyroïdie est le trouble endocrinien (hormonal) le plus fréquent chez les chats. Elle provoque de nombreux symptômes résultant de la surproduction d'hormone thyroïdienne par la thyroïde.

> Imprimer la fiche

Qu'est-ce que la thyroïde ?

La thyroïde est une glande formée de deux lobes, de chaque côté de la trachée, dans le cou. Les deux types hormones produites (T3 et T4)  interviennent dans le métabolisme de base (système qui brûle les calories en fonction de l’activité physique) et la régulation de la température du corps.

Origine

L’hyperthyroïdie est définie par la sécrétion d'une trop grande quantité d'hormones thyroïdiennes. Cet emballement provoque un hyperfonctionnement de tous les métabolismes : tout fonctionne « trop » et trop vite. Dans la très grande majorité des cas (99%) la cause de cette hypersécrétion s’explique par la présence de nodules bénins (non cancéreux) sur les glandes thyroïdes. Ces amas de cellules anormales sont des adénomes. Dans 1 à 2% des cas l’hyperthyroïdie est due à une tumeur maligne (cancer).

L’hyperthyroïdie est définie par la sécrétion d'une trop grande quantité d'hormones thyroïdiennes. Cet emballement provoque un hyperfonctionnement de tous les métabolismes : tout fonctionne « trop » et trop vite. Dans la très grande majorité des cas (99%) la cause de cette hypersécrétion s’explique par la présence de nodules bénins (non cancéreux) sur les glandes thyroïdes. Ces amas de cellules anormales sont des adénomes. Dans 1 à 2% des cas l’hyperthyroïdie est due à une tumeur maligne (cancer).

Les symptômes

Les symptômes sont très variables. Les signes les plus courants sont la perte de poids (90% des cas), une augmentation de la prise alimentaire dans plus de la moitié des cas, des vomissements, de la diarrhée, une consommation accrue d’eau, une augmentation de l'activité, des changements de comportement, de la nervosité. Le pelage devient terne, des pertes de poils sont possibles. En fin d’évolution de la maladie le chat est en général très abattu, prostré et très maigre. Le chat hyperthyroïdien a souvent une fréquence cardiaque augmentée et peut présenter des anomalies cardiaques (cardiomyopathie hypertrophique, maladie du muscle cardiaque).

Le diagnostic

Normalement la glande thyroïde chez les chats n’est pas palpable. En cas d’hyperthyroïdie, la glande devient généralement assez grosse pour être palpable. Une prise de sang est effectuée par votre vétérinaire. Un taux élevé de T4 signe une hyperthyroïdie. Une fois le diagnostic établi, d’autres examens complémentaires seront proposés par votre vétérinaire afin de rechercher les éventuelles complications de cette hyperthyroïdie.

Le traitement

Il existe actuellement trois façons de traiter l'hyperthyroïdie chez le chat : le traitement médical, le traitement par l’iode radioactif et l’ablation chirurgicale de la glande.   
Le plus fréquent est le traitement médical avec un antihyperthyroïdien (thiamazole) qui bloque la synthèse des hormones thyroïdiennes. L’avantage est qu’il ne nécessite aucune chirurgie, ni d’hospitalisation. L’inconvénient est qu’il ne guérit pas de la maladie et il doit se donner à vie. Des effets secondaires tels que de la léthargie, des vomissements, des démangeaisons au niveau du cou et de la tête surviennent chez environ 15% des chats. Ces effets secondaires apparaissent habituellement dans les 3 premiers mois de traitement et peuvent être réduits en commençant le traitement par de faibles doses, et en augmentant progressivement la dose. Des analyses sanguines de contrôle sont effectuées tous les 3 à 6 mois.
La chirurgie guérit à condition que tout le tissu anormal soit enlevé. Une échographie ou une scintigraphie sont effectuées pour identifier l'emplacement du tissu anormal. La chirurgie n’est pas souvent recommandée car elle nécessite une grande expérience du chirurgien. Il s’agit d’une opération délicate car les glandes parathyroïdes et des nerfs sont très proches dans cette région.
L’autre solution consiste à irradier la glande thyroïde avec de l’iode radioactif. Cette solution est définitive dans 90% des cas. Très peu de cliniques vétérinaires sont équipées pour cette intervention. Il s’agit par ailleurs d’une intervention onéreuse et une quarantaine du chat est obligatoire (urine et selles radioactives).

Après stabilisation médicale le pronostic est très bon. Le chat peut vivre de nombreuses années, en bonne santé.

> Imprimer la fiche

>Envoyer à un ami  >Mettre en Favoris  >Facebook  >Twitter  >RSS   
Infos Légales|2005 Mars Inc|Charte|Politique de confidentialité|Informatique et libertés|Crédits